• Topographie souterraine

    Après la promenade , la photographie, la désobstruction, le rééquipement,... j'ai eu le plaisir de gouter aux joies de la topographie souterraine !!!

    Cette facette de l'activité peut paraitre ingrate à première vue car, pour 20h de relevés topographique sous terre, effectué à la vitesse de l'escargot et dans des conditions pas toujours confortable... il en faut au moins le double derriere l'ordi pour obtenir un résultat potable !!! ... mais pour moi c'est ce qui en fait le charme !!!

    A titre d'exemple, je vous livre ici mon premier travail... C'est la topo de la grotte de l'Anniversaire que je présente dans un autre article... rien à voir avec le Salève mais bon, j'ai pas encore fait de première sur notre bien-aimée montagne alors en attendant ...

    Topographie souterraine

    En y travaillant on se rend compte que faire de la topo, c'est plutôt valorisant car c'est le seul vrai moyen de faire exister la cavité aux yeux de ceux qui ne l'on pas parcouru... Effectivement, je peux bien vous raconter qu'après un P18 et qqs ressauts il faut s'engager dans un méandre peu commode où après 2 étroitures un petit actif vous rafraichi les idées mais que c'est le passage obligé vers le P14 de la première et qu'après 30m de gros méandre c'est encore pire qu'au début tellement la glaisse est collante et les étroitures infames... bref... un beau dessin vaut tout de même mieux qu'un long discours.

    Mais attention, pour le faire ce beau dessin, faut pas se la jouer artiste en herbe... faut plutôt jouer au géomètre... c'est là que ça ce complique !!!

     Pour se donner une idée du genre de notes à prendre !!!

     Le principe de base des relevés est toujours le même : on trace la "centerline" en 3D de la cavité grâce à une successions de visées. Entre chaque station on relève : la distance, la pente (positive ou négative) et l'azimute. Pour ce faire, 3 outils : Le décametre (ou mieux : le lazer-metre), le "clino-metre" et la boussole. A chaques stations, il est interressant de relever la distance au sol, au plafond, à droite et à gauche, de la centerline. En combinant les données, on obtient alors un cheminement en volume qui donne déjà une bonne idée de la cavité. Pour parfaire l'exercice, il faut maintenant faire un habilage le plus détaillé possible de ces volumes... enfin, l'artiste peut donc s'exprimer en relevant une successions de petit croquis...

     David aux instruments  

    L'avantage de la deuxieme partie du boulot... c'est que l'on n'est pas obligé d'enfiler les bottes et la combi pour travailler derrière l'ordi... ça peut très bien se faire en caleçon avec une petite Kro pendant que les filles dorment et que la maman regarde "Plus Belle La Vie" :-)... bon vu que la série ne dure que 30min il va quand même falloir cumuler les soirées... surtout si on ne veut pas se limiter à la topo mais aussi en faire le report-surface sur une carte IGN pour voir dans quel direction la cavité évolue et éventuellement spéculer vers les jonction possible avec d'autres trous...

     Ma pomme aux notes

    ... j'suis pas sorti de l'auberge avec mes 2 maheureux dessins... y a encore du pain sur la planche !!!

    ... Merci aux collègues du SCASSE pour l'aide sous terre et derriere l'ordi.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :