• Depuis l'temps que je rêvai d'y descendre dans c'trou !

    Seb retrouve la lumière du jour !!!

    C'est LE gouffre du Salève. Il n'y a pas si longtemps, ce trou se résumait à une "petite" succession de 3 puits et s'arrêtait 80 plus bas au fond d'un P22. Ce n'est que le 2 mars 2008 qu'André Collin (l'acharné "darbon" du coin) a enfin ouvert la porte vers le collecteur... à peine 15 jours d'euphorie plus tard, la profondeur du gouffre a doublée et la rivière est atteinte grâce à l'aide des spéléos Suisses.

    L'exploration de la rivière continue toujours à ce jour, 2 siphons ont été franchi par un plongeur (1 de 34m avec un point bas de 10m et un autre de 110m). On profitera d'ailleurs de notre descente de ce samedi 6 mars 2010 pour descendre une bouteille.... (d'oxygène !)... la bière c'est pour après... faut quand même pas déconner y a 160m à remonter dans des puits ou étroitures le plus souvent arrosés par un petit filet d'eau bien fraiche...

    Le P10 avec une bouteille... d'Oxygène... pour une fois !

    La descente et relativement "tranquille" bien qu'il faille déjà avoir une bonne habitude du maniement du descendeur et des passages de fractionnement ou autres déviations sans se laisser impressionner par le fait que l'environnement est étroit humide, glaiseux et que sous nos pieds... c'est tout noir !

    Seb en haut du puits "semoule"


    Il ne faut pas trop s'attarder au fond car les crues peuvent être violente (10m/h). lors de notre descente il y avait 4m d'eau, 2 jours avant, y en avait 28... sûr, nous n'aurions pas pu atteindre cette splendide rivière !

    "La Méduse", André et Bertrand

    La remonté est un poil plus sportive et tout d'un coup, il fait bien chaud malgré les -4°c qui nous attendent au sommet du puits d'entrée... en plus, le néophyte que je suis va également dépenser une certaine énergie pour réfléchir et éviter de trop s'embrouiller au passage des fractios entre longe courte / croll / poignée / pédale / le sac qui s'accroche partout / l'eau qui s'infiltre dans mon col, ruisselle dans mon dos... tout ça pour s'arrêter dans mes bottes... bref... les joies de la Spéléo verticale !  

    Une belle sortie qui me prouve encore une fois que ce Salève nous réserve bien des surprises ! ... J'ai bien fais de m'inscrire au Spéléo Club moi !


    Vous trouverez la topo du gouffre aux liens suivant :

    http://scasse74.free.fr/viewtopic.php?f=4&t=10

    http://www.hypopo.ch/index.php?option=com_content&task=view&id=2877&Itemid=133


    Spéléos ou Terroristes ?

     

    Video du débordement du gouffre de bellevue en 1979 :

    http://www.dailymotion.com/video/x4r2ub_inondation-de-monnetier-en-1979_events

     la dernière topo de la ssg

     


    2 commentaires
  • Résurgence de Eaux-Belles :

    Le collecteur du Petit-Salève ??? Cette résurgence crache régulièrement un bon bouillon au dessus de l'ex-restaurant "La Cascade" à la sortie d'Etrembière en direction du Pas-de-l'Echelle. 

    Cette cavité a déjà été visité de longue date sur une bonne longueur mais pas n'importe quand... les crues sont subites... pour preuve : hier c'était sec, un p'tit redoux et... aujourd'hui la crue !!!

    Crue

     
    Cette résurgence draine les eaux du gouffre de Bellevue et du gouffre d'Essert-En-Haut-la-Vy... preuve à été faite grâce à des colorations.

    T'as oublié tes bottes ??? allez pieds nus au mois de février dans une eau à 5°... tout ça pour prendre une photo !
     


    Trou d'la Ripette :

    Ce trou se situe au pied de la falaise du même nom. Il se résume à un puits d'une douzaine de mètres... pour l'instant (une désob familliale avec le SCASSE début avril à permise d'augmenter un poil la cote)...

    Au fond du trou, un début de faille permet d'espérer une suite en direction de la galerie du ruisseau du gouffre de Bellevue... espérons !

    Une échelle traine à proximité de ce trou... ne l'utiliser surtout pas... la descente serait plus rapide que prévue !

    1 dans le fond pour gratter, 1 en haut pour guider la remontée du bacs et 1 autre pour haller !



    Grotte des Renardes
     (Appelée aussi grotte Dunoyer ou Infernale) : 

    Cette petit cavité, situé à environ 800m d'altitude, sous la barre rocheuse sommital du petit Salève, se développe horizontalement dans un calcaire Hauterivien sur un peu plus d'une vingtaine de mètres. 

    Porche d'entrée





    Grottes Jumelles (Appelées aussi grotte de Glace ou Infernale voisine) :

    Situées à une centaine de mètres au sud de la grotte des Renardes, les porches de ces 2 petites cavité sont souvent ornées de jolies concrétions glacées.

    Geyser glacé

     


    2 commentaires
  • Encore deux bébés de la SSG ! Ces deux grottes ont étés jonctionnées entre elles et cumule déjà plus de 950m de galerie... reste plus qu'à faire de même avec la grotte des crânes. l'ensemble est surnommé "réseau de la Tuille" et cumul déjà quasi 3400m de développé... a vos pelles ! 

    L'entrée, de taille très modeste, située sur une vire expo du coté de La Tuille

    Pour l'instant on y a juste fait un petit repérage avec "joli papa" Fredo histoire de prendre l'air ! faut qu'on y retourne prochainement pour une visite plus "approfondi" et pour évaluer par nous même les possibilité de suite... donc... à suivre!

    l'ensemble semble assez étroit !



    votre commentaire
  • C'est LA perle du Salève, la cavité la plus prometteuse du massif. Les Spéléos Suisse de la SSG y sont très actifs, les désobstructions en cours nombreuses, les découvertes surprenantes par leurs volumes ou leurs concrétions. Cette grotte est connue de longue date, le premier relevé topographique date de 1955. la grotte mesurait alors environ 150m... aujourd'hui, on cumule déjà plus de 2400m de galerie pour environ 120m de dénivelé ! 

    L'entrée du réseau est protégé par une chaine au bout de 150m de galerie (le terminus de l'époque).Pour pouvoir y accéder, s'adresser aux Spéléo-clubs locaux SCASSE ou SSG. 


    "Alain SSG" fait le point du matos en prévision d'un future bivouac

    Pour l'instant, je n'ai visité "que" les amonts du réseau. Une visite sans trainer (merci Agnès !) qui nous a tout de même retenu 6h10 sous terre... L'horaire donne donc une petite idée du développé et de la complexité de la cavité (certains spéléos confirmés s'y sont même déjà pommé au retour).

    Le "Lac Défondus"... terminus actuel... minimum à 2h de l'entrée !

    Actuellement, le terminus des amonts est le "Lac Défondus" mais des équipes travaillent activement pour tenter de faire la jonction avec les grottes de "La Vire" et de "L'Enfer", voire même avec la surface où quelques jonctions ont également été attaquées.


    Calcite en "dent de chien" dans la galerie des fleurs

    Je garderai plus particulièrement en souvenir la "galerie des fleurs" et ses concrétions, le quart d'heure de ramping dans le long et étroit boyau des "Bidochons", les "3 puits" et la remontée du toboggan contigu qui précède le "Puits André" sur le retour (il paye pas de mine mais il m'a bien fait transpirer). Bien entendu, je n'évoque même pas la pause casse-croute à la "Cafetaria" où les chocolats "
    MON CHERI" et les gorgées de GENTIANE ont redonné du baume au coeur à plusieurs d'entre nous.

    Pause casse-croute à la "Cafetaria"... une partie du bivouac aménagé avec des couvertures de survies à l'occassion des 60 ans d'André...

    Topo :
    http://www.hypopo.ch/index.php?option=com_content&task=view&id=142&Itemid=84


    http://scasse74.free.fr/viewtopic.php?f=15&t=6276&p=6621#p6621
    Vous trouverez quelques détails supplémentaires sur le site du SCASSE.


    http://www.youtube.com/watch?v=cbi8BdXenro
    Vous trouverez également une petite vidéo sur YOU TUBE avec des images des premiers mêtres de la grotte mais aussi du réseau aval. (lien suivant )




    http://www.hypopo.ch/hypophoto/displayimage.php?album=3&pos=120
    Aussi plein d'autres photos sur le site de la SSG dont une, sympa, du Puits André :





    2 commentaires
  • « Une grand classique pour qui n’est pas effrayés par les fissures et le rocher patiné… » disait le topo de B. WIETLISBACH. Cette voie a été la première à me faire dépasser les 100m de verticale. Effectivement, même si les relais sont toujours relativement confortables, il s’agit bien d’une belle ligne droite de 4 longueurs plein gaz qui s’élève dré vers le sommet de l’angle formé par la paroi des Morgans et la Face Ouest. Elle a été ouverte en 1953.

     

    détail Grand diedre

    Il y a plusieurs départs possibles, aucun n’est très difficile. Dans la 2ème longueur, la paroi se redresse, les fissures apparaissent, les prises sont franches mais, même si c’est du IV+, on commence à bien se mettre dans l’ambiance et le gaz commence à se faire sentir… Un dulfer d’anthologie attend le grimpeur à la troisième longueur… athlétique et engagé vue l’espacement des points… c’est le crux le la voie… quand vous arriverez à la niche de R3, croyez moi, vous soufflerez ! Même si la dernière longueur sous le toit sommital n’est pas moins difficile techniquement, ça engage carrément moins, l’équipement est plus « sérré »… On fini donc plus sereinement par cette petite longueur technique et aérienne. On peut éventuellement prolonger le plaisir avec une 5ème longueur en rejoignant la sortie de la fissure Brown (V+, aérien).

     

    La descente peut se faire en rappel dans la voie mais, habituellement, on descend par le sentier des Etiollets.

     

    Le seul parcours des 2 premières longueurs permet déjà de prendre une belle hauteur ou de s’entrainer aux manips de corde pour relayer. La descente en rappel est un tantinet impressionnante pour qui n’a pas l’habitude de tirer des rappels sur une unique grosse barre en métal juste recourbé à son extrémité (pas d’anneaux).

     

    Cette voie aussi peut se parcourir en solo encordé depuis le haut, je l’ai déjà vu faire… mais il faut alors être équipé d’une corde à simple de + de 100m et fractionner à chaque longueur… une corde statique dois être préférable… !

    Je rajoute des photos la prochaine fois que je la refait !  promis !


    2 commentaires